Sheria ya maji


Shiriki makala hii na marafiki zako:

Sheria ya kilimo ya Kifaransa juu ya maji.



Waziri Ikolojia Serge Lepeltier hii Jumatano, baada ya miaka saba ya mjadala mkali, rasimu ya sheria ya maji ambayo inatoa hakuna kodi mpya ya wakulima, kwa mujibu wa ahadi yaliyotolewa na Jacques Chirac katika 2002 wakati kampeni ya urais.

Ufaransa, unaorudiwa mara kwa mara na Tume ya Ulaya kwa kushindwa kwa ubora wa maji, imeanza mageuzi haya ya sera ya maji katika 1998.

Le projet de loi prévoyait initialement, tout comme le projet de Dominique Voynet voté en première lecture en 2002, une taxation des nitrates de l’agriculture. La mesure a définitivement disparu après un arbitrage de Matignon et de l’Elysée en juillet. L’actuel projet de loi vise « un bon état écologique des eaux » en 2015, conformément à la directive (loi) européenne du 23 octobre 2000. Aujourd’hui, la moitié du territoire est classé en « zone vulnérable » pour les nitrates. Les pesticides sont en outre présents dans 75% des cours d’eau et la moitié des nappes souterraines, selon l’Institut français de l’environnement. Les agriculteurs, qui consomment 68% de l’eau utilisée en France, sont responsables de la plus grande partie des pollutions par les nitrates (émanant des élevages et engrais) et les pesticides. Ils acquittent 1% des redevances aux Agences de l’eau, qui leur versent 7 fois plus d’aides à la dépollution. La loi va ramener ce ratio à 2,5, explique le ministère de l’Ecologie. Le texte prévoit de transférer l’actuelle taxe sur les pesticides (TGAP phytosanitaires) payée par les fabricants d’engrais du budget de l’Etat aux Agences de l’eau, qui gèrent la dépollution par bassin.

La taxe (40 millions d’euros) sera prélevée au niveau des coopératives où les agriculteurs achètent les engrais. « Son montant apparaîtra sur la facture de l’agriculteur à côté de la TVA, ce qui aura un effet pédagogique », selon le ministère. In fine, les agriculteurs n’acquitteront pas de taxe supplémentaire, mais les Agences de l’eau toucheront un peu plus d’argent en provenance de l’agriculture. Le monde agricole contribuera pour 3 à 4% des redevances (60 millions d’euros sur un total de 1,8 milliard de redevances par an) contre 1% actuellement, selon le ministère.

Kaya zinaendelea kuwa wafadhili mkubwa (82% badala ya 86%), wakati sehemu ya sekta hiyo imara (kuhusu 14%).

« Sauf sursaut de la représentation nationale lors de l’examen du projet de loi, le scandale actuel, qui fait des ménages la vache à lait de la politique de l’eau et encourage les pollutions agricoles en refusant de faire payer les responsables, va continuer », s’indigne l’UFC-Que Choisir, très active dans le débat sur l’eau.

La loi « omet de s’attaquer à la question de la pollution par les nitrates », poursuit l’association de consommateurs. Elle renonce aussi à limiter la durée des contrats des grandes compagnies d’eau (20 ans actuellement), et à encadrer la part fixe dans la facture, déplore l’UFC.

Wizara ya Ikolojia inaonyesha hatua nyingine: uhifadhi wa maji na mistari nyasi kando ya mito, miaka yote 5 udhibiti wa sprayers dawa, wajibu wa kudumisha mtiririko chini ya 1 / 10e katika mito na mwisho wa 2013. Hatua hii, ambayo inalenga kuhifadhi mazingira ya majini, inakabiliwa na waendeshaji wa bwawa.

muswada, ilianzisha mapema Aprili katika Seneti, pia mageuzi shirika la uvuvi, kwa kujenga ofisi ya Taifa ya maji na mazingira majini (Onema) badala ya Uvuvi Baraza juu (PSC).


Picha za Facebook

Kuacha maoni

Anwani ya barua pepe yako si kuchapishwa. Mashamba required ni alama *